Archives pour la catégorie Cinema

Conférence avec Mass Samir Ait Belkacem et Massa Claudine Chatel

L’Association ACAOH en collaboration avec  Studio DOUBLE VOICE, le conservatoire d’Arts dramatiques de montréal et  l’Association Culturelle Amazigh d’Amerique (ACAA) organisent une conférences sur l’expérience du doublage en kabyle avec M. AIT BELKACEM Samir, Claudine CABAY CHATEL avec projection en avant première du nouveau doublage  » IFERFUCEN » le dimanche 3 Juin a partir 14h au Centre communautaire Heron (Road 1480, chemin Heron Ottawa, ON K1V 6A5),  Un évènement à ne pas manquer, l’entrée est gratuite et tout le monde est bienvenue !


Agrandir le plan

TAJMILT I STUDIO DOUBLE VOICE

Tajmilt N Tiddukla Tadelsant Tamazi?t n Ottawa Hull (ACAOH) i STUDIO DOUBLE VOICE (SDV) Ass n 20 Yebril 2011, S?ur Racid At Ali Uqasi, s yisem n ACAOH

Notons qu’un membre de l’ACAOH a ramené d’Algérie un nombre limité de nouveaux DVDs kabyles (MUCUCU2, NARNIA2, IQJAN/IMCAC]). Ceux qui sont intéressés à en acheter, veuillez contacter zboukari@yahoo.com. Le prix du DVD est de 10$ et le montant ramassé contribuera au programme de la promotion de Tamazi?t.

Quelques extraits des films adaptés par SDV comme par exemple Li Mu?u?u, Narnia: Youtube.com/user/StudioTamughli

LA COLLINE OUBLIÉE

La Colline oubliée d’Abderrahmane Bouguermouh, d’après le roman homonyme de Mouloud Mammeri

image : Rachid Merabtine
montage : Noureddine Fouazzi
musique : Abderahmane Si Ahmed
interprétation : Mohamed Chaabane, Djamila Amzal, Kamel Abderahmane, Samira Abtout…
version : V.O. st.fr.
pays : Algérie
année : 1995
durée : 127′
production : APW, CAAIC, ENPA

 

Aazi et Mokrane, Davda et Menach, Meddour et Mouh, Kou et Akli…. Un hymne au peuple Kabyle, relaté dans ses élans d’allégresse, ses espoirs, ses malheurs, sa misère digne et son immense ambition. Tiré de l’oeuvre littéraire homonyme de feu Mouloud Mammeri, La colline oubliée se veut avant tout un travail de reconnaissance et de revendication de la langue tamazight. En offrant, pour la toute première fois et après bien des problèmes d’ordre technique et financier, un film kabyle à son peuple, Bouguermouh a donné naissance au cinéma amazigh en sortant la langue tamazight d’un folklore négatif et réducteur. Un film symbole de la réhabilitation de toute une culture.